/medias/image/1890651645bc8836d2de85.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Portrait de Stratos : Fabien Deboves [Stratos, 2000]

Portrait

-

06/11/2017

 

Diplomé de Strate Collège en 2000, suivi d'un parcours de plusieurs années en agence puis en entreprise, Fabien décide de poursuivre sa carrière en tant qu'indépendant pour élargir encore sa pratique du design. Il devient le collaborateur à part entière de ses clients, apportant le recul et la fraicheur créative nécessaires au renouveau.

Animé par un désir tenace d'innover, ainsi que de viser juste sur des marchés souvent à forte concurrence, il intervient dans des domaines très variés auprès d'entreprises parfois mondialement renommées, comme de startups.

Traquant le moindre détail et à la recherche de l'équilibre parfait dans l'équation esthétique, usage, fonctions et procédés industriels, il poursuit inlassablement la voie de la désirabilité, celle qui nous fait préférer un produit plutôt qu'un autre.

 

1) Qu'elle ta vision du design aujourd'hui ? Et pour les années à venir ?
 

Quand j'ai commencé ce métier en 2000, il y avait une dimension mal assumée chez la plupart des designers que j'appelle "la part de l'artiste". La profession était encore jeune et pas forcément comprise par l'ensemble des industriels, du coup une fois passé l'argumentation sur les aspects liés notamment à l'usage et à la faisabilité, la justification des partis pris formels faisait toujours un peu transpirer, sauf à être un designer dont la signature était aussi un ingrédient de communication.

Aujourd'hui quand des porteurs de projets me contactent c'est parce qu'ils recherchent en partie une "patte", quelque chose de différenciant sur le plan esthétique et qui est motivé par l'envie d'impacter un marché souvent déjà très encombré de produits.

Désormais le designer peut se décomplexer et être bien plus facilement dans le partage du sensible avec ses clients.

L'évolution du sens critique des consommateurs y est aussi pour quelque chose, même si le terme design reste cantonné à l'esthétisme pour beaucoup, l'attente n'est malgré tout plus la même, les gens ne font plus rentrer un produit chez eux sans qu'il n'y ai à minima un parti pris formel soigné.

En tant que designer, avec tout ces produits sur le marché, je pense qu'il est nécessaire de cultiver ses particularités pour insuffler aux produits un supplément d'âme. D'ailleurs j'ai remarqué que plus je tends vers cela, plus les projets que l'on me propose sont innovants et les clients audacieux.

 

2) Que retiens-tu de ton passage à Strate ? Comment l'appliques-tu dans ton travail de tous les jours ?

 

J'aime particulièrement cette question car je vis depuis 4 années quelque chose de très étrange et positif, j'ai renoué avec une partie de moi-même qui appartient à l'époque de Strate. Pourrais-je avoir un divan pour m'allonger s'il te plaît ? (Rires)

La crise de la quarantaine m'a fait reconsidérer mon métier, je tournais en rond. Du coup j'ai fait un retour à mes sources créatives, celles auxquelles je m'abreuvais quand j'étais étudiant à Strate. A l'époque je ne savais pas canaliser ma créativité, ça partait dans tout les sens et aujourd'hui je dirais que c'était une très bonne chose. Cette période exploratoire est, bien des années plus tard avec l'expérience acquise, mon meilleur bagage.

 

3) Quels sont tes conseils pour la nouvelle génération ? Quels sont les enjeux du métier selon toi ?

Avant toutes choses, ce qui fait un designer c'est sa créativité. Le reste ne sont que des outils à acquérir selon les besoins. Il faut être en conscience de soi, de ce que l'on veut raconter en dessinant un objet et cultiver ce qui fait que chacun de nous est unique car il y aura toujours autant de réponses différentes à un cahier des charges qu'il y aura de designers sur le projet. Il faut aussi savoir s'émouvoir devant le travail des autres, sans cesse car il y a beaucoup de belles productions et elles nous poussent à nous améliorer.

Finalement, au travers d'un projet, on peut dire que le designer se place en équilibre entre le monde qui l'entoure et son monde intérieur, il lui faut puiser dans les deux.
 

Cliquez ici pour en savoir plus sur son travail !

 

619 vues Visites

  • Portrait
  • Stratos
Retours aux actualités

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Association

Les adhésions alumni 2018/2019 sont ouvertes !

User profile picture

Bureau Strate Alumni

01 juillet

Portrait

Portrait de Stratos : Sebastien Gerbier [Stratos, 2000]

User profile picture

Benjamin delaoutre

11 mai

1

Portrait

Portrait de Stratos : Christophe Cayrol [stratos 2002]

User profile picture

Benjamin delaoutre

13 mars